Le bleu, couleur de l’océan et de la royauté, a toujours été un grand classique de la décoration. Mais, depuis quelques années, il était le plus souvent cantonné à la salle de bain et à la déco des maisons de bord de mer. Il faut dire que la mode, dans les années 90, de l’association bleu et jaune pour une déco de style provençal fleurant bon la lavande et le soleil, avait tourné à l’overdose !… Aujourd’hui, le bleu fait son grand retour dans toutes les pièces de la maison. Voici un petit reportage photo pour vous montrer de beaux exemples de mise en scène. Toutes les photos de cet article ont été prises dans le grand magasin de décoration SLOTS en Belgique (à l’exception de la dernières prise au Salon Ideobain 2012).

Petite histoire de la couleur bleue:

Les premiers bleus datent de l’Egypte ancienne où, en plus du lapis-lazuli en poudre, on utilisait un mélange de silice, de calcaire et de cuivre pour donner à la cuisson le fameux bleu égyptien. L’Empire romain (dont la couleur officielle est le rouge pourpre) associe le bleu à la couleur dont les barbares celtes et bretons se peignaient le corps: le bleu de guède (bleu foncé fabriqué à base d’une plante, l’isatis tinctoria). Le bleu sera très peu utilisé en France avant le XIe siècle (le mot azur provient de l’arabe làzaward). La couleur bleue sera réhabilitée au Moyen Age, d’abord seulement pour colorer le manteau de la Vierge dans les manuscrits enluminés avant de devenir couleur du royaume de Dieu et de la Royauté. C’est la grande période du pastel (toujours obtenu grâce à l’isatis tinctoria) qui fera la richesse de la région de Toulouse et de l’Albigeois (le pastel des teinturiers est aussi appelé bleu de Picardie ou herbe du Lauraguais). Il faudra attendre la fin du XIIIe siècle pour que Marco Polo raconte, dans Le livre des merveilles, la fabrication en Inde d’un bleu profond: l’indigo. L’indigotier (Indigofera tinctoria), moins cher que le pastel, supplantera bien vite celui-ci pour la teinture des tissus et entraînera même la fin de son utilisation au milieu du XVIe siècle. Le XIXe siècle voit l’arrivée des colorants artificiels comme la mauvéine, premier colorant synthétique utilisable en industrie textile (le mauve est la couleur à la mode sous de Second Empire), puis l’indigo qu’un chimiste allemand réussit à synthétiser à la fin du XIXe, ruinant ainsi la filière de la culture d’indigo naturel.

Vous pouvez compléter cette petite histoire du bleu par une analyse du livre de Michel Pastoureau, médiéviste et historien des couleurs, sur le site de la revue “Mots, les langages du politique”, dans l’article d’Annie Geffroy « Michel Pastoureau, Bleu. Histoire d’une couleur ».

Le bleu est une couleur à la palette infinie; les mots pour le décrire sont innombrables: bleu de Prusse, bleu marine, cyan, bleu ciel, bleu roi, bleu cobalt, bleu de Chine, bleu faïence, bleu turquin, bleu pétrole, bleu pervenche, bleu hussard, bleu saphir, lapis-lazuli, bleu glacier, bleu ardoise, bleu-gris, bleu azur, bleu électrique, bleu de Suède, bleu canard, indigo, bleu lavande, bleu de guède, bleu turquoise, bleu de Chartres…

Dans le spectre des couleurs, le bleu appartient à la catégorie des couleurs froides. Il est généralement associé à la sérénité car il est reposant à la vue. C’est pourquoi le bleu est particulièrement indiqué pour les murs des chambres d’enfants; calme, il favorise l’endormissement. Je me suis toujours demandée pour quelle raison idéologique saugrenue, les crèches et garderies sont le plus souvent peintes de couleurs vives, voire agressives (j’en connais une dont les murs sont peints en orange, vert pomme et jaune citron…). Sous prétexte de favoriser l’éveil des enfants, on les plonge des journées entières dans un cadre qui, pour être stimulant, n’en est pas moins fatiguant et stressant. Pensez-y pour les chambres de vos enfants: un cadre harmonieux ne nuit pas au développement intellectuel de nos chers petits ! Il est beaucoup plus astucieux de revêtir les murs de bleu apaisant (ou d’une autre couleur douce) et de décorer la pièce avec quelques accessoires aux couleurs plus vives qui stimuleront votre enfant sans nuire à son indispensable repos.

Comment rendre la couleur bleue moins froide?

Soyez tout d’abord persuadés que le bleu, couleur consensuelle par excellence, n’est pas nécessairement triste ou terne. Le bleu peut être une couleur très gaie: les bleus vifs, électriques ou turquoise sont plein de peps et incitent à la bonne humeur. Il y a mille façons d’assortir le bleu selon les goûts et l’ambiance choisie. La combinaison  bleu et jaune est associée aux régions du sud où la mer et le soleil vont de pair. La combinaison bleu et rouge n’est jamais une  erreur: elle est particulièrement adaptée aux chambres d’adolescents qui adopteront volontiers une ambiance aux couleurs du drapeau britannique, américain ou français ! Dans le salon, le bleu clair s’accorde bien avec le rouge foncé ou le bordeaux, le bleu plus foncé peut se combiner agréablement avec des teintes plus orangées. Dans tous les cas, associer le bleu avec une couleur chaude (toutes les nuances du jaune au rouge) permet de lui donner éclat et chaleur.

Si vous préférez rester sur une base de couleurs froides (en associant le bleu uniquement avec d’autres couleurs froides comme le vert ou le gris, ou simplement le blanc), il faut réchauffer la pièce en jouant sur les matières. La peinture bleue semblera plus chaleureuse si elle est choisie dans une finition mate qui lui donne de la profondeur. Les tissus texturés, le velours, le feutre et tous les textiles de laine apportent aussi de la chaleur par leur matière. Dans les pays scandinaves où les coloris utilisés dans les intérieurs sont toujours clairs dans une gamme de bleus, verts et gris, on n’a jamais l’impression de froideur car la couleur est toujours associée à la matière chaude et vivante qu’est le bois. Pensez toujours à apporter à votre intérieur une note chaleureuse et naturelle en intégrant à votre décoration des éléments de mobilier ou des accessoires en bois. Un simple parquet naturel suffit à donner caractère et chaleur à une pièce “toute bleue”. Pour les autres astuces déco, contactez-moi !

Vous l’aurez remarqué sur ces photos d’intérieurs chic, la vraie nouveauté dans l’utilisation du bleu en décoration tient dans sa déclinaison en coloris subtils et profonds. Pour une pièce tonique, on privilégiera le turquoise au bleu électrique, pour une pièce claire, le bleu grisé au bleu ciel, pour une pièce cosy, un bleu pétrole au bleu marine. N’hésitez pas à associer différents bleus entre eux, mais n’oubliez pas: tout est dans la nuance ! Le retour des teintures naturelles (utilisation pour les textiles de plantes tinctorales comme l’indigo, le pastel ou encore la ronce ou le sureau) n’y est sans doute pas pour rien.

A lire ou relire:

Anniversaire: Marie-Noëlle de  vous invite à venir déposer un commentaire sur son blog Marie et les agapanthes pour fêter le 1er anniversaire de son blog (un de mes favoris!).

J’invite aussi toutes celles qui n’ont pas encore flâné sur le blog de Laetitia à aller découvrir sur Larmes de joie ses ravissantes créations de joaillerie (bagues, bracelets, boutons de manchette, médailles).