La citation déco-littéraire du samedi

Depuis le mois de novembre 2016, je vous propose chaque samedi, sur la page Facebook de À tous les étages, la “citation déco-littéraire du samedi”.  De quoi s’agit-il ? Au fil de mes lectures, je relève tous les passages qui décrivent un intérieur de maison, d’appartement, de château, d’église ou de cabane… Grandes demeures cossues ou misérables refuges de fugitifs, tous ont un intérêt, non seulement par la richesse de la description de la décoration intérieure mais aussi par ce qu’elle dit de la psychologie des occupants. Chaque samedi, je vous soumets un extrait d’ouvrage littéraire, à savourer et à méditer ! Vous pouvez retrouver toutes les citations déco-littéraires du samedi ici :

#citationdécolittéraire

Ce samedi, j’avais prévu de publier sur la page Facebook une citation de Charles Péguy en rapport avec ce week-end des Rameaux qui annonce la semaine sainte précédant Pâques. Il se trouve que j’ai recopié cette citation dans le livre de Michel Froissart intitulé Froissartage qui explique les techniques d’installations en bois utilisées en camp scout. Puisque, fortuitement, je viens de publier l’article du DECOllectif où je lance la tendance “Aile de corde” (PH scout), j’ai donc au moins deux raisons de vous proposer ce sublime poème. J’en ajoute une troisième : j’ai pris la photo que je joins en illustration il y a exactement un an, dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, juste avant le grand incendie (15 avril 2019). Elle représente Saint Joseph charpentier ; elle est probablement aujourd’hui disparue. Bon, bref, pour ces trois raisons, j’ai choisi exceptionnellement de publier aujourd’hui la citation sur le blog. Je vous donne rendez-vous chaque samedi sur la page Facebook de À tous les étages, pour des citations plus légères !

L’atelier de Nazareth, Charles Péguy

St-Joseph-charpentier_ND-Paris_2019_citation-PeguyStatue de Saint Joseph chapentier et Jésus enfant, Notre-Dame de Paris, mars 2019

L’atelier de Nazareth (Jésus sur la Croix)

Il saisit d’un regard toute sa vie humaine / Que trente ans de famille et trois ans de publics / N’avaient point accomplie […] / Car il avait travaillé dans la charpente, de son métier […] / Il voyait, il revoyait aussi l’établi et le rabot / L’établi. Le billot pour appuyer le morceau de bois que l’on fend / La scie et la varlope. / Les beaux vrillons, les beaux copeaux de bois / La bonne odeur du bois frais […] / Du bois quand on enlève l’écorce […] / Il était fait pour ce métier-là, / Sûrement. / Le métier des berceaux et des cercueils / Qui se ressemblent tant, / Des tables et des lits / Et aussi des autres meubles, / De tous les meubles / Car il ne faut oublier personne / Il ne faut décourager personne. / Le métier des buffets, des armoires, des commodes, / Des mées / Pour mettre le pain, / Des escabeaux / (Et le monde n’est que l’escabeau de vos pieds) / Car dans ce temps-là les menuisiers n’étaient pas encore séparés des charpentiers. / Tout ce qui travaillait le bois / Comme il avait aimé le travail bien fait / L’ouvrage bien faite.

Charles Péguy, Le mystère de la Charité de Jeanne d’Arc, Gallimard, 1918

#citationdécolittéraire

À tous les étages est une entreprise de conseil en agencement & décoration : n’hésitez pas à consulter les anciennes réalisations sur le site internet ou sur le blog. Promenez-vous tant que vous voudrez dans ce blog qui aime vous emmener à la découverte de jolis endroits ou vous aider à aménager votre intérieur de façon pertinente, belle et fonctionnelle à la fois : vous pouvez vous y abonner en renseignant votre mail (colonne de droite ou fin de page si vous lisez le blog sur tablette ou téléphone). Ce blog est pensé pour être lu par les moteurs de recherche, à l’intention des personnes mal voyantes. Merci d’être là pour partager avec les amoureux du beau et de la déco !