“Une chambre de bonne tout confort de 8m² à Paris”

http://www.koreus.com/video/chambre-bonne-8m2-paris.html

L’idée de départ est bonne, mais y a intérêt à être du genre hyper maniaque pour que rien ne traîne. Si tu veux dormir en manquant d’oxygène, ouvrir un placard dès que tu veux faire quelque chose (manger, bosser, dormir…), soulever le plan de travail pour boire le moindre verre d’eau, faire pipi ou te laver les dents les pieds dans l’eau de la douche ( et avoir 3 lessives de tapis de bains par semaine !), achète donc ce studio (probablement 5 fois le prix d’un petit 2 pièces…). Et les voisins du dessous doivent être ravis d’entendre les placards s’ouvrir et se fermer toute la journée (parce que c’est bien connu, les immeubles haussmanniens sont super bien insonorisés…)
C’est une belle performance d’architecte, mais ça fait un peu : “ils nous soûlent tous ces pauvres qui se plaignent de leur studio pourri, il suffit de 20 000€ de travaux et d’un peu d’imagination, et on peut en faire un bel appartement confortable, bande d’assistés !”.
Alors, mme la professionnelle, t’en penses quoi ? (et ton amie Laurence, elle croit que c’est facile de s’organiser dans cet appart ?)
chambre bonne Paris 8m²“Une chambre de bonne tout confort de 8m² à Paris”

Pour répondre à Rainette, fidèle lectrice qui m’envoie ce lien original assorti d’un commentaire alléchant, je me suis précipitée sur la vidéo pour un décryptage en règle. De l’art de l’agencement…

L’idée de départ c’est : on range tout ! Le résultat : j’habite dans un placard !

D’après Kitoko studio qui a imaginé ce projet, cette studette a été conçue sur le modèle d’un couteau suisse, “compact, fonctionnel, discret et surtout mutifonctionnel !!!” (Y’aurait pas une redite par hasard ?!). Il s’agit de réunir dans un tout petit espace (une chambre de bonne dans un immeuble haussmannien à Paris) les fonctions essentielles : “dormir, se laver, cuisiner/manger, travailler, ranger”. Le projet est présenté comme un exploit compte tenu de la surface habitable.

La surface habitable… parlons-en ! En théorie, il était tout juste possible de proposer à la location cette chambre de bonne de 8m². En effet, bien que sa superficie soit inférieure aux 9m² règlementaires, sa hauteur de plafond suffisante donne un volume supérieur à 20m3 qui permet de bénéficier du statut de logement décent*. Oui, mais ça c’était avant !… avant que Kitoko studio n’ait la bonne idée d’aménager la chambre avec toute une batterie de placards qui ont réduit la surface au sol presque de moitié ! Conclusion : la chambre n’est en théorie pas louable. Comme je suppose que les travaux n’ont pas été réalisés dans un but philanthropique, j’en déduis qu’elle est destinée comme tant d’autres à une location plus ou moins légale, ce qui me laisse fort contrariée.

L’agencement de ce studio est tout à fait conceptuel : il a été décidé de couper la pièce dans le sens de la longueur et de plaquer contre un seul mur tous les éléments de mobilier et rangement en les cachant derrière des portes (le coin cuisine occupe une extrémité mais il est aussi dissimulé). Sur les plans 3D du projet que j’ai consultés, on aperçoit un écran TV sur le mur opposé aux placards et dans la vidéo on voit un radiateur près de la porte. Mais le concepteur ne semble pas s’être préoccupé d’une réelle optimisation de l’espace : le projet a été conçu pour mettre en œuvre une idée intellectuelle, sans soucis de cohérence avec le mode de vie de l’occupant ni esprit pratique.

salle-d-eau-mini-studio-KitokoEn plus des remarques de bon sens énoncées par Rainette, quelques réflexions et interrogations me viennent pêle-mêle à l’esprit en visionnant la vidéo  :
– Il est impossible de laisser quelque chose sur la table ouverte (pas même un livre ou une assiette) et d’ouvrir le placard au-dessus.
– La décoration en mosaïque de la salle d’eau est surchargée au regard des prestations minimalistes : où accrocher les serviettes de toilette ? Comment utiliser les WC sans risquer le “coup du lapin” à chaque utilisation (la hauteur de plafond au-dessus des WC est de 1,40m) ?
– Quel est l’intérêt (sinon esthétique) d’un escalier bibliothèque escamotable alors qu’il pourrait occuper tout le mur du fond en offrant un plus grand volume de rangement et des marches plus accessibles ?
– Pourquoi (sinon pour respecter un concept purement abstrait) ne pas avoir prévu de rangements sur le mur côté porte d’entrée (il y a suffisamment de place en hauteur !) ?
– Il paraît qu’un four à micro-ondes et un réfrigérateur sont cachés sous l’évier mais je ne suis pas sûre qu’on puisse préparer autre chose qu’un p’tit quelque chose à grignoter ? (la fonction “cuisiner” est improbable).
– Combien a coûté cet aménagement et comment peut-il être rentabilisé ? L’artisan a probablement facturé 7 fois le prix des travaux pour se rémunérer du trafic sur 7 étages par l’escalier de service !

table-escamotable-tabourets-mini-studio-Kitoko

On peut pourtant éprouver une certaine admiration devant cet agencement impeccable, cette boîte à tiroirs où rien ne traîne et où tout semble avoir été soigneusement pensé et conçu pour que les espaces s’emboîtent sans perte de place derrière les placards. On peut s’émerveiller d’un ordre parfait et rêver de disposer chez soi d’aménagements qui permettent si bien de cacher notre petit fourbi quotidien. On peut admirer l’ingéniosité de la penderie de grande profondeur ou de l’éclairage en second jour de la salle d’eau. Bien que je n’apprécie pas le design choisi (il ne suffit pas de peindre des graminées sur les portes pour atténuer la froideur de l’ensemble), l’harmonie irréprochable des éléments a certainement un effet apaisant. Mais ces caractéristiques remarquables ne contrebalancent pas le manque d’esprit pratique. Au contraire.

La faille principale du projet : ne pas avoir pris en compte le facteur humain. Je sais pourtant que la sociologie est une matière étudiée en architecture… Personne ne semble ici s’être demandé qui habiterait ce logement ? À qui le projet fini sera-t-il destiné ? pour quelle utilisation ? Le studio est ici prévu pour une personne seule avec un lit simple et une micro-kitchenette. Dans ce cas, quel est l’intérêt de disposer de 2 tabourets, d’avoir un lit clos (claustrophobes s’abstenir) et même une salle d’eau fermée ? Un tel cloisonnement des espaces se justifie surtout pour préserver une certaine intimité ; la question ne se pose pas si on est seul. Il n’y a ici rien de convivial. Le seul élément qui suggère une possible intrusion extérieure est ce 2ème tabouret… tellement accueillant qu’il ferait fuir n’importe quel convive potentiel ! Je suis sûre qu’il y avait dans l’espace primitif la place pour un bon canapé confortable où l’occupant du studio (probablement un étudiant) aurait pu recevoir agréablement quelques amis autour d’un repas simple dans une ambiance chaleureuse. L’architecte s’est fait plaisir mais n’a sans doute jamais connu la vie de bohème dans une chambre de bonne !

@

laundry-icons-Download-Royalty-free-Vector-File-EPS-2360POUR GAGNER UN CONSEIL EN AGENCEMENT & DÉCORATION, PARTICIPEZ AU GRAND JEU-CONCOURS “LA SAISON DU BLANC” JUSQU’AU 25 JANVIER 2015 !

@

*Le décret du 30 janvier 2002 sur les logements décents indique que, bien qu’on puisse vendre n’importe quelle surface, on ne peut pas louer un logement de moins de 9 m² : un bien loué à usage de résidence principale doit comporter au moins une pièce principale d’au moins 9 m² ou 20 m3 (sans compter les surfaces où la hauteur est inférieure à 1,80 m). En revanche, une petite surface peut être louée à titre de résidence secondaire ou en location saisonnière (les normes de décence ne s’appliquent pas dans ce cas). Le règlement sanitaire de la commune peut toutefois imposer une surface minimum : à Paris, la surface de la chambre doit être de 7 m² minimum pour une personne, 9 m² pour deux personnes. De plus, puis le 1er janvier 2012, les loyers sont encadrés dans un certain nombre de grandes villes dont Paris : le propriétaire ne peut pas louer une petite surface (moins de 14 m²) à plus de 40€/m² (il doit sinon s’acquitter d’une taxe). Source : PAP Vendre ou acheter une petite surface et PAP Louer une petite surface.