Eclairer l’espace

Eclairer l’espace

La nouvelle configuration de l’habitat organisé en espaces ouverts a mis les designers au défi de trouver des solutions d’éclairage spécifiques. Le nesting est né du difficile équilibre entre intérieur ouvert, grandes hauteurs de plafond, étages en mezzanines d’une part et respect de l’intimité et confort chaleureux d’autre part.

Suspension Atto par le designer Seppo Koho, en bouleau naturel

L’éclairage est un exemple très parlant pour expliquer similitudes et différences entre cocooning et nesting . Le cocooning cherche à donner à une pièce une atmosphère douillette et chaleureuse: pour cela, on bannira les éclairages directs et on multipliera au contraire les lampes à poser, les appliques, les abat-jour colorés de couleurs chaudes. Le nesting, comme le cocooning, cherche à créer cette intimité, mais le décloisonnement des pièces et les volumes architecturaux importants rendent cet exercice plus difficile. Dans les 2 cas, pour créer une ambiance chaleureuse, on a besoin de lumière indirecte, de lumière tamisée, de lampes d’appoint, de bougies. Mais pour éclairer, même ponctuellement, de grandes pièces largement ouvertes, il faut des sources lumineuses plus fortes et des luminaires de volume en rapport avec celui de la pièce.

Dans les grands volumes, l’éclairage aura une triple mission: primo éclairer (c’est bien le minimum qu’on puisse en attendre !), deuxio occuper l’espace, tertio ponctuer la maison de repères intimistes. Il n’est évidemment pas question dans le nesting de spots agressifs ou de néons éblouissants, mais on ne peut se contenter de lampes sur pieds à la lumière chaude mais insuffisante. Le volume architectural impose des suspensions surprenantes. Le classique plafonnier à éclairage direct cède la place à des lampadaires gigantesques et à de très grandes suspensions de papier, plume, feuilles de bois… qui descendent bas dans la pièce pour occuper le volume, éclairer une zone précise et apporter une note de douceur. Les designers se surpassent pour créer d’étonnantes compositions et rivalisent d’idées lumineuses!

Suspension Antoinette à 20 branches, Maisons du Monde

1. Les suspensions doivent au moins répondre aux 2 critères imposés par le volume de la pièce et la recherche d’un éclairage ponctuel. Elles doivent donc nécessairement être d’une dimension importante (soit en une seule source de lumière, soit en une grappe de lampes identiques) et être équipées de longs câbles de suspension permettant de les accrocher à la hauteur la plus basse possible (plus la lampe est basse, plus l’éclairage est ponctuel).

Une petite merveille de design tout en legèreté: la célèbre boule de papier inspirée de la fleur de pissenlit « Maskros », dessinée en 2009 par Marcus Arvonen pour Ikea, n’est plus une nouveauté mais fait toujours le même effet époustouflant. Elle existe désormais en 2 diamètres, 80cm pour les grands volumes ou 55cm pour les espaces plus restreints. Pour un bel effet aérien et floral, toujours en forme de boule blanche, on peut opter pour la suspension « Atomia » composée d’une multitude de fleurs à clipser, chez Fly.

Un diffuseur de lumière dans un matériau très chaleureux: la poire en rotin tressé « Vilma », AMPM, donnera un esprit naturel aux grandes pièces blanches pour un prix très raisonnable. Diamètre 48cm. Dans un style très différent mais tout aussi chaleureux, on trouve aussi chez AMPM l’originale suspension en lattes de bois « Badine »; son diamètre plus petit (35cm) permet de l’utiliser dans des pièces plus petites ou en duo au-dessus d’une table. A découvrir aussi chez AMPM, de belles suspensions en verre.

Dans un autre registre de prix mais pour des pièces uniques de designers audacieux, on trouvera chez Direct-d-sign la très douillette boule « Plumes », entièrement recouverte de plumes naturelles d’oies blanches et à La Boutique Danoise la suspension « Atto », en lamelles de bouleau naturel (photo en tête d’article), par le designer Seppo Koho  qui propose aussi le modèle « Octo » en forme de poire (pour Secto Design au BHV).

Lampadaire Urban, en métal chromé, Maisons du Monde

2. Les lampadaires doivent répondre aux mêmes critères de taille et d’éclairage ciblé. C’est pourquoi, pour les pièces de vie de grande superficie, on utilise souvent des lampadaires à pied déporté et à la tige en forme d’arc. Là encore, tous les styles sont permis mais la tendance est à la démesure: plus la pièce sera grande, plus on pourra choisir un lampadaire aux dimensions généreuses. Pour donner davantage de caractère à chaque espace mis en lumière, on pourra choisir des ampoules à intensité variable.

Le lampadaire spot évoque les grands plateaux de tournage comme le spot industriel fera immanquablement penser à l’esprit loft. Une astuce qui permet d’agrandir visuellement une pièce par une simple association d’idées. Pied de lampadaire « Manhattan » chez Jardin d’Ulysse. Lampadaire « Grand écran » chez Maisons du Monde.

Dans sa version chromée, le lampadaire peut imiter une lampe de bureau d’architecte articulée (Lampadaire chromé XXL chez Open en ville) ou rappeler le design rond et brillant évocateur du luxe à la James Bond des années 70 (Lampadaire en métal chromé « Newport » sur le site delamaison.fr).

3. Les lampes à poser directement au sol ou sur une table basse apportent un petit air de mystère à la pièce en diffusant une lumière rasante propice aux ambiances intimes. On peut bien entendu utiliser les modèles classiques mais il est toujours préférable de choisir des modèles de grande taille, en adéquation avec celle de la pièce, et d’allier cette source d’éclairage très ciblé à une source d’inspiration décorative: laissez parler votre imagination !

Un seul exemple: la lampe « Physalis » chez AMPM nous transporte, malgré sa grande simplicité, dans un univers de rêve enchanté…

Une jolie collection de lampes grand format chez AMPM

A noter: Les luminaires sont en général considérés comme des « accessoires » de décoration malgré leur fonction primordiale. Il est évident que les dimensions des nouveaux luminaires en font des pièces de mobilier à part entière. Il ne faut donc pas négliger leur choix (d’autant que le prix étant souvent proportionnel à la taille, il vaut mieux ne pas se tromper !). Il est aussi indispensable de s’assurer d’une installation électrique cohérente avec les sources lumineuses choisies: si on veut accrocher 2 ou 3 suspensions au-dessus de l’espace salon il vaut mieux l’avoir prévu (au risque de voir des fils électriques courir au plafond, ce qui ne serait pas du plus bel effet !); de même, si on souhaite placer lampes ou lampadaires au centre d’une vaste pièce, il est indispensable d’avoir des prises au sol. Il n’est jamais inutile de réfléchir avant d’agir !

À propos de Laure Mestre :

Optimiser l’espace, choisir un nouveau logement, accueillir un enfant, rénover, changer de décor, aider la famille à s’épanouir, déménager, donner un nouveau souffle… Le conseil en agencement & décoration est mon métier ; venez le découvrir sur À TOUS LES ÉTAGES Le Site : valorisation immobilière, conseil à domicile ou à distance. À TOUS LES ÉTAGES est aussi sur FACEBOOK.

13 Commentaires

  1. NATALIE 10 juillet 2012 à 0 h 20 min␣- Répondre

    « Madame du blog » pourriez-vous, s’il vous plaît, maintenant, nous éclairer sur les ampoules ! Car j’en suis encore à « petit ou gros culot, à vis ou baïonnettes » et complètement dépourvue devant le rayon ampoules de MONSIEUR CASTO-BRICO-LEROY…Nos lampes ont parfois un air bien misérable avec certaines ampoules et en plus elles n’éclairent pas ! Merci !

    • decoatouslesetagesleblog 10 juillet 2012 à 9 h 51 min␣- Répondre

      Vaste programme ! Je prépare cet article depuis longtemps mais, comme nous sommes dans une période de transition (ce qui ne t’aura pas échappé!), il risque d’être obsolète sitôt écrit… Bon promis Natalie, je vais débroussailler le sujet très vite. En attendant, je te conseille un article bien senti paru le 18 octobre 2009 sur le blog La déco de Félicie (blogs.cotemaison.fr) que j’avais abondamment commenté, sur les dangers des ampoules « basse consommation ». Bel été ! Laure

  2. vent de terre 10 juillet 2012 à 9 h 16 min␣- Répondre

    merci de nous éclairer (oui, je sais , elle est facile, celle ci !)

    • decoatouslesetagesleblog 10 juillet 2012 à 9 h 55 min␣- Répondre

      Alors bon vent, à la lumière de mes explications ! (elle est facile aussi mais les petits messages font tellement plaisir !) Laure

  3. monesille 11 juillet 2012 à 19 h 41 min␣- Répondre

    Et oui ! grandes pièces ne veut pas forcément dire clarté surtout dans l’ancien ! Merci d’éclairer ma lanterne si je peux dire ! Et je vais voir avec impatience l’article sur les ampoules basses consommations après lesquelles je fulmine, tant ma consommation a augmenté depuis que j’en utilise!
    Bises

    • decoatouslesetagesleblog 11 juillet 2012 à 21 h 13 min␣- Répondre

      On sent toute la ténébreuse colère d’un sombre vécu… Allez, je te donne moi aussi un indice: éclaire tes belles grandes pièces avec de l’halogène à économie d’énergie et bannis les ampoules « basse consommation » (que ma fille qualifie d’éclairage de pensionnat soviétique!). Laure

  4. Nedj 15 juillet 2012 à 23 h 36 min␣- Répondre

    Merci de nous « éclairer » sur toutes ces nuances …. et zut, je ne suis pas la première à la faire !!!!
    Belle semaine à toi !!

  5. francoise. dutertre 18 juillet 2012 à 22 h 08 min␣- Répondre

    encore un bel article c’est vrai que dans le Nord et l’ouest de la france les lumières sont utiles en l’absence de soleil gros bisous françoise

  6. Béa (ex) de Caracas 2 août 2012 à 9 h 16 min␣- Répondre

    Ravie de cet article car je suis en train de concevoir ma nouvelle cuisine…
    Bisoussss…

  7. céline 23 octobre 2014 à 15 h 54 min␣- Répondre

    je suis en plein travaux dans mon salon et nous sommes en train d’essayer de le rendre plus lumineux ! merci pour cet article !

Laisser un commentaire