Tu mets dans mon cœur plus de joie
que toutes leurs vendanges et leurs moissons.
Dans la Paix moi aussi, je me couche et je dors
car Tu me donnes d’habiter, Seigneur, seul, dans la confiance.

Psaume 4

Rencontre improbable concrétisée un week-end de juillet : Véronique, Anne et Laure réunies par des souvenirs communs de chansons enfantines (“Comme un oiseau” et ses voisins de piste vinyle) et une découverte mutuelle virtuelle (échange pléthorique de mails)…

vignoble-alsace-2014“Grand merci Seigneur pour tout ce que je vois, tout ce qui vit autour de moi.” *

Véronique rayonne son chemin de foi au travers du récit de son parcours tortueux ; chemin de foi où elle découvre de nouveaux sentiers, trébuche sur des obstacles douloureux, se relève meurtrie mais déterminée. Véronique choisit de mettre toute sa confiance dans le Seigneur.

Anne tâtonne son chemin “tout court”, privée par une cécité de toujours des repères visuels qui sont la paresse sensorielle des voyants ; chemin quotidien semé d’embûches surmontées avec naturel et sans effort apparent. Anne choisit néanmoins de faire confiance à la main qui se tend pour la guider.

Laure (c’est moi !) détient un modeste trésor, contenu dans 2 simples cassettes audios très précieuses à ses oreilles : la collection complète des disques “Comme un oiseau” ! C’est le fruit d’un acte de confiance, celui d’une grand-mère qui, répondant à une petite annonce il y a 20 ans, avait accepté de me prêter sa collection de douze 45 tours, pour compléter la mienne, partielle et bien rayée par une écoute intensive ! Chère petite grand-mère, que là où vous êtes, sur terre ou auprès du Père, ma prière reconnaissante soit portée jusqu’à vous par les anges musiciens !

Histoire romanesque à souhait ! En mai dernier, Véronique écrit sur son blog l’article “Comme un oiseau dans ta main” ; en décembre, je poste sur le mien un billet intitulé “Mère immaculée” et partage ma découverte du site de Véronique, “Histoire d’une foi”. J’y dépose un petit commentaire qui attirera 6 mois plus tard l’attention d’Anne : elle propose de numériser les précieuses cassettes. Étincelle qui allume un brasier. Plusieurs centaines de kilomètres nous séparent mais la joie de réécouter ces comptines des années 70, portées par des voix si pures, nous rapproche. Échanges et correspondances : chacune y va de ses souvenirs, raconte sa chanson préférée, évoque son enfance.Véronique nous propose de nous rencontrer “pour de vrai” et nous invite à passer toutes 3 un long week-end ensemble. Anne prend les billets de train…

Aucune garantie, rien que la confiance. Et au bout du voyage une aventure intensément riche. Providentielle. Deo gratias !

promenade-paisible-colmar-2014“Grand merci aussi pour ce qu’on ne voit pas, ce qui vit au-dedans de moi !” *

[…] Pour l’eau qui nous désaltère, pour la chanson du ruisseau,
La fraîcheur des sources claires qui nous donnent soif de Toi. […]
Pour les nuages qui passent, pour le grand vent et la pluie,
Pour la joie des grands espaces qui nous font penser à Toi.
Grand merci Seigneur pour tout ce que je vois,
tout ce qui vit autour de moi.
[…] Grand merci aussi pour ce qu’on ne voit pas,
ce qui vit au-dedans de moi !

*Grand merci Seigneur, collection Comme un oiseau, album n°5

Comme un oiseau n1 UnidiscComme un oiseau n5 UnidiscComme un oiseau n8 Unidisc

Grand merci à Véronique pour son accueil ; son récit de notre escapade est ICI.